loading

Hasan Erkek-2015

UMARSIZ

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Bu gece yapraklar ürperiyor
bahçemde Anason kokusu karışırken
viyolonsel sesine Şiirleri tuz ediyorum
incinmiş yerlerime Ay tüller uçuruyor
yüzünde
Parmakların kalbimde pisicato
Sen gelip yanıma
uzanmayacaksın Sabah
olmayacak
Bu şiir bitmeyecek
Her şey yarım sigara
ömrü
İçtikçe azalacak
Bekledikçe tükenecek
olan

ANADOLU

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Yokluğun gözü
çıksın duysun kulağı
varlığın sızlayıp
dursun yüreği

AŞK

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Herkes aşk
adında bir ateş
seçer kendine
dal ömrünü gül
eder sonra
yakar kül eder

SINIRLAR SINIRLAR

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


İnsan dağları aşar da
ruhuyla karşılaşır dar
kavşaklarda
dağ gibi dikilir kendi önüne

Bir nehir olur ulaşır denizlere
de bir damla olup damlayamaz
yaralarına
kuruyup gider kendi çölünde

Gemileri yakar, uçurur
köprüleri ama yıkamaz aklının
duvarlarını yapışır yakasına
kendi eliyle

Ateşi küllenir, şarkısı susar, yolu
biter gelip kendine yaslanır
sonunda daldırır elini kendi içine

Umudu arar en derininde

SERÜVEN EŞİĞİ

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Kalakaldım
hayatında
ömrümün
atamadım adımımı eşiğinden
içeri giz dolu odaların

bacaklarım yaylanır da yaylanır

Yosun tutar içimdeki ağır taşlar
umudun anlamından içeri eser
dışımda saçlarını savuran
rüzgâr uykularım demlenir

Sessiz çığlıklar
salarım kalbimin
kuyularına

salınır durur içime düşen şarkı
kendi sözleriyle avunur
oyalanır

Ay güzeli yüzlerle sarhoşum ben
kaldırıp başımı bakamam çıplak
güne dingin sular içinde genleşir
bedenim tembelliğim gerinir
Düşlerimin gölgesinde bir sığıntıyım
yollar yorgun beklemekten beni
ben yorgunum kararsızlık yükünü
taşımaktan içimdeki deli çocuk söylenir

Kalk gidelim kalbim
çürümeden bir yanımız neminden
eylemsizliğin sesimiz pas tutmadan
kamçılayıp arzumuzu
gidelim gitme tutkum
bilenir de bilenir






SANS RECOURS

Cette nuit au jardin les feuilles des arbres tremblent
L’anis vient embaumer le son du violoncelle
Et sur mes plaies je mets le sel de mes poèmes
Des tulles de lune volettent sur ta face
Et tes doigts sur mon cœur jouent en pizzicato
Tu ne vas pas venir te coucher près de moi
Il n’y aura ni aube
Ni fin à ce poème
Tout dure le temps de la moitié d’un clope
A force de fumer sera diminué
Ce qui sera consumé à force de l’attendre





ANATOLIE

Que ta pauvreté soit maudite à tout jamais
que l’oreille des riches sache ton existence
et que leur cœur soit rempli de remords




AMOUR

Au nom de l’amour tout être choisit
pour lui-même son feu
qui couvre de roses la branche de la vie
puis la consume jusqu’aux cendres







FRONTIERES FRONTIERES

L’être humain peut franchir les montagnes
mais se rencontre aux carrefours étroits
avec sa propre âme se dressant comme un mont

Certes tous les fleuves rejoignent la mer
Mais, ne pouvant soigner ses blessures, une goutte
s’en va sécher dans son propre désert

Il brûle les vaisseaux, il fait sauter les ponts
mais ne pouvant détruire les murailles de l’esprit
se met lui-même la main au collet

Son feu devient cendres et sa chanson se tait, son chemin finit
il vient à la fin s’appuyer sur lui-même
et plonge sa main au plus profond de soi

Il recherche l’espoir au fond de son être








LE SEUIL DE L’AVENTURE

Je suis resté seul
dans la vie de mon existence
je n’ai pu faire un pas à l’intérieur
des chambres mystérieuses
et mes jambes étaient impatientes
Les lourdes pierres en moi sont couvertes de mousse
décoiffant mes cheveux un vent souffle
dans le sens de l’espoir
et mes sommeils infusent

Je pousse des cris muets
dans les puits de mon cœur
une chanson tombe en moi hésite et puis chancelle
elle se console avec ses propres mots
Je suis ivre des beaux visages lunaires
levant la tête je ne peux fixer le soleil
mon corps se rajeunit dans des eaux calmes
ma paresse s’étire
De m’attendre les chemins sont fatigués
je suis réfugié dans l’ombre de mes rêves
du poids de l’indécision je suis plus que lassé
et en moi l’enfant fou se remet à gronder
Lève-toi mon cœur et partons
avant qu’un de mes membres d’inaction ne pourrisse
et que ma voix il ne rouille
allons fouettant notre désir
ma passion du départ piaffe

 

 

Trad. J-L. Mattei